Charlotte Bousquet en écriture avec les lycéens de Jacques Ruffié

DEDICACE « Voici ce que nous avons conclu après avoir mis en commun nos souvenirs concernant notre rencontre lundi dernier :

Nous avons tout d’abord apprécié le fait d’avoir pu vous rencontrer en groupe restreint, cela nous a donné la sensation que nous étions proches voire intimes, comme si les barrières entre nous, les élèves, et vous l’écrivaine qui paraît inaccessible, avaient disparu.

RENCONTRE1Le portrait chinois nous a aidés à mieux vous connaître, bien que cet exercice puisse paraître « scolaire ». Certains d’entre nous se sont reconnus dans vos réponses et ont pu s’identifier à vous.

D’autres ont aimé les sujets abordés, plus intéressants peut-être que certains de nos cours ((d’ailleurs l’absence des professeurs a débloqué certains sujets que nous avons abordés).

Certains ont posé des questions que nous avons jugés, après coup, osées, et nous sommes contents que vous ayez été assez ouverte d’esprit pour y répondre.

Enfin, votre passion et votre dévotion aux causes que vous soutenez nous ont touchés.

Nous vous remercions sincèrement de ce moment authentique et sincère »

Anne-Laure, Camille, Clara, David, Iona, Lola, Lucy, Lydia et Ninon.

Lors de cette rencontre, Charlotte et Anne-Laure, Camille, Clara, David, Iona, Lola, Lucy, Lydia et Ninon ont composé un texte à la manière des cadavres exquis. On le livre à votre lecture :

Des mots de rage, des mots d’orage s’élèvent et plus j’y pense, plus mes tempes en deviennent douloureuses. L’arbre de la vie s’écroule en silence, et un oiseau solitaire prend son envol en une dernière plainte. Mais il rencontre un autre oiseau, tous deux s’élèvent dans le ciel, dans une danse féerique. De leur danse naîtra une forêt.

Publicités