Prix 2013

DSC_0506Le mot de l’auteur de peur Express

Chers lecteurs audois,

Quel bonheur  ! Je suis très touchée que Peur Express ait reçu le prix d’un « Livre à L’Aude ». Particulièrement parce que c’est un ouvrage avec pas mal de psychologie et que certains pensent les jeunes « incapables » de sortir de l’action pure. J’ai désormais un argument pour contrer ces a priori sur les lecteurs adolescents. Cela m’encourage aussi pour l’écriture du prochain thriller que je viens à peine de commencer. Je penserai à vous. A vos visages que j’ai encore en mémoire. A vos sensibilités. A ces sourires. A nos échanges autour de la lecture. Merci de m’avoir soutenue dans cette sélection. Et particulièrement un coup de chapeau à Noëlie. J’adore ses dessins des personnages ! Je vais essayer de les mettre en ligne sur ma page Facebook. Et puis, un clin d’oeil à Mélissa qui m’a vieillie de trois ans dans son papier : j’adore voyager dans le

temps ! Et puis encore, un remerciement à Alexane et Laure pour leur article.

Quelle belle aventure que cette sélection, qui promet à nouveau de jolies émotions avec les livres choisis pour l’année prochaine. Bonnes lectures à tous !

Amitiés

Jo Witek

Publicités

prix 2012

L’auteur du 6ème prix d’un livre à l’Aude a tenu à adresser aux jeunes jurés de l’Aude une lettre, pour les remercier.

Bonjour à vous qui avez participé au prix littéraire D’un livre à l’Aude.

Et merci d’avoir lu, aimé et élu ma Terrienne. J’en suis très heureux.

Vous méritez bien quelques confidences :

J’ai mis un an environ pour écrire ce roman. J’ai été accompagné par la musique de Philip Glas. C’est un compositeur américain qui fait beaucoup de musique de films et que j’apprécie beaucoup.

J’ai envoyé par la poste chaque chapitre terminé, au fur et à mesure, à ma fille Emma (15 ans à ce moment-là) qui était pour une année dans un internat en Angleterre. Elle a donc suivi l’écriture pas à pas, et m’a sans cesse encouragé.

Après Terrienne, je suis resté presqu’un an sans écrire. J’étais découragé et je me suis demandé si je n’étais pas puni pour avoir fait mourir si brutalement Etienne Virgil.

Voilà, vous en savez un peu plus sur Terrienne et sur moi.

Je vous remercie encore, vous qui avez lu, ainsi que ceux et celles qui vous ont fait lire.

Avec toute mon amitié

Jean-Claude Mourlevat