Remerciements Florian Ferrier

Citation

Bonjour à tous.

Une année vient de s’écouler depuis la sélection du huitième continent au prix d’un livre à l’Aude, une année pour moi riche en rencontres avec un grand nombre de lecteurs, dont vous, bien sûr.

Souvent, les histoires que je raconte sont longuement muries, méditées, parfois pendant des mois, des années. J’ai besoin d’être certain que le sujet vaut le coup, que l’angle par lequel je vais entrer dans ce sujet présente un intérêt avant de commencer.

Le huitième continent fait exception : suite à la lecture d’un article américain début 2011 sur le grand vortex du Pacifique Nord, le roman m’est apparu d’un seul coup, dépouillé, court et sombre. Je me suis dit : aussi moche que soit ce continent de plastique, il appelle l’aventure. À l’heure où le moindre centimètre carré de la planète est cartographié, qui n’a pas rêvé d’arpenter une terre inconnue ?

J’ai tenté de restituer au mieux les impressions qui m’ont accompagnées tout au long de l’écriture de ce roman, sans ajouter de péripéties superflues, en évitant le piège du manifeste écologique qui donne bonne conscience sans quitter son fauteuil.

Christo, point de vue unique de ce roman, sorte de Robinson des temps modernes, c’est un peu moi : à la fois fasciné et étourdi par l’ampleur du désastre. Comme vous, je n’ai fait que suivre ses pas.

Lors des quelques jours passés dans votre région, à votre rencontre, j’ai pu apprécier votre enthousiasme, votre envie de partager vos lectures. Je ne peux que vous encourager à continuer.

Je vous remercie sincèrement, lecteurs et organisateurs du prix, pour l’intérêt que vous avez porté à mon roman.

FF

Publicités